Utilisation de la lactoferrine dans les laits infantiles : intérêt de l’immunité des nouveau-nés

Lors du congrès de l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA), qui se déroulait à Lyon du 24 au 26 mai 2018, le Dr Hugues Piloquet (CHU Nantes) et le Dr Marc Bellaïche (Hôpital Robert Debré, Paris) ont présenté des données sur l’intérêt de la lactoferrine dans les laits infantiles pour améliorer l’immunité des nouveau-nés. La lactoferrine est une protéine essentielle du lait maternel1. Un nouveau-né peut recevoir un apport journalier allant jusqu’à 100 mg de lactoferrine en début d’allaitement3. Présente en grande quantité dans le lait des femmes, la lactoferrine était naturellement très faible dans les formules infantiles3. Les nouvelles formules infantiles supplémentées en lactoferrine proposées par le laboratoire Modilac sont une innovation pour la nutrition et l’immunité des nouveau-nés prématurés et des nourrissons.

 

Découverte depuis 1939, la lactoferrine est une glycoprotéine contenue dans le lait des mammifères2. Elle possède 2 propriétés principales :

  • améliorer l’absorption du fer dans les entérocytes en se liant au fer3,
  • apporter une protection immunologique en piégeant des bactéries pathogènes, les toxines bactériennes et des virus2, 4. La lactoferrine fixe par exemple les  lipopolysaccharides (LPS) dans le tube digestif et en limite la toxicité4.

Ces 2 fonctions biologiques semblent protéger le nouveau-né contre les infections. Comme l’explique le Dr Hugues Piloquet, « beaucoup de molécules dans le lait maternel ont cette capacité mais la lactoferrine apparaît comme la composante la plus importante de l’arsenal anti-infectieux du nourrisson ».

 

Le taux de lactoferrine varie chez la femme et entre les mammifères. Chez la femme, au début de l’allaitement, le colostrum a environ 6 mg/ml de lactoferrine tandis que le lait mature en contient 10 fois moins5. Plus précisément, le Dr Hugues Piloquet détaille que « le lactosérum d’une femme contient 20 fois plus de lactoferrine que le lait de vache3 ». La richesse en lactoferrine chez la femme n’est pas expliquée à l’heure actuelle.

 

Lactoferrine et lait infantile
Il existe une forte homologie de 77 % entre les protéines de lait de vache et de la femme5. Cette similarité se situe notamment au niveau de la lactoferricine (11 acides aminés) positionnée à l’extrémité N-terminale de la lactoferrine. La lactoferricine est une protéine issue de l’hydrolyse gastrique3 de la lactoferrine et possède une activité anti-microbienne marquée2. Le Dr Hugues Piloquet insiste sur le fait que « la lactoferricine est identique entre les 2 espèces de mammifères2».

L’extraction et la concentration de lactoferrine à partir du lait de vache est très complexe et nécessite un savoir-faire très particulier pour ne pas la dénaturer. En effet, jusqu’à maintenant, le processus de stérilisation et de transformation dégradait la lactoferrine et la rendait inactive, sans activité biologique et donc sans propriété anti-bactérienne.

Plus récemment, de la lactoferrine bovine a pu être ajoutée à des formules infantiles en poudre tout en maintenant son activité biologique2. Ces protéines de haute valeur biologique sont rajoutées à la fin du processus de fabrication. Le Laboratoire Modilac est ainsi devenu le premier laboratoire à proposer des formules infantiles supplémentées en lactoferrine en France.

 

Les résultats des études cliniques
Depuis quelques années, de nouvelles études ont pu évaluer l’efficacité des laits infantiles contenant de la lactoferrine bovine5.

En 2015, une étude a été réalisée chez 238 enfants de moins de 5 ans recevant 100 mg de lactoferrine par jour pendant 12 semaines. Les résultats (Figure 1) montrent une réduction de la sévérité clinique des gastro-entérites à rotavirus6.

 

En 2009, une étude réalisée chez le nouveau-né prématuré montre l’intérêt de la lactoferrine5. Cette étude a inclus 472 bébés prématurés pesant moins de 1,5 kg à la naissance et les a randomisés en 3 groupes : placebo, lactoferrine (LF) 100 mg/jour et lactoferrine + lactobacillus GG (LGG) (6×109 CFU/jour).

Les résultats de cette étude montrent une diminution du risque de sepsis prouvé : 5 % dans les groupes lactoferrine vs 17 % sous placebo (Figure 2 ci-contre).

 

 

 

Une méta-analyse Cochrane de 2017 démontre que la supplémentation en lactoferrine prévient du sepsis et des entérocolites ulcéro-nécrosantes néonatales (ECUN) chez les nouveau-nés prématurés7 (Figure 3 et Figure 4).

 

Conclusion des experts

Lors de leurs présentations sur la lactoferrine pendant durant le congrès de l’AFPA, le Dr Hugues Piloquet et le Dr Marc Bellaïche s’accordent sur le fait que « la lactoferrine est une protéine majeure du lait qui possède de multiples actions8. Apporter de la lactoferrine dans les formules infantiles permet de corriger les faibles taux de lactoferrine du lait de vache3 ». Les formules infantiles supplémentées en lactoferrine ont des bénéfices cliniques prouvés pour les nouveau-nés prématurés et les nouveau-nés à terme. Des études plus importantes en termes de population sont en cours et devraient permettent de confirmer l’intérêt clinique et de répondre aux quelques questions résiduelles : quel est le dosage optimal ? Existe-t-il un effet synergique avec les probiotiques ?…

 

Sources :

  • : Chen K et al. Effect of bovine lactoferrin from iron-fortified formulas on morbidity of diarrhea and respiratory tract infections of weaned infants in a randomized controlled trial. Nutrition 2016;32(2):222-7
  • 2 : Manzoni P et al. Bovine Lactoferrin Prevents Invasive Fungal Infections in Very Low Birth Weight Infants:A Randomized Controlled Trial. Pediatrics 2012;129(1):116-23
  • 3 : Johnston WH et al. Growth and tolerance of formula with lactoferrin in infants through one year of age: double-blind, randomized, controlled trial. BMC Pediatr. 2015; 15:173
  • 4 : Ochoa TJ et al. Randomized double-blind controlled trial of bovine lactoferrin for prevention of diarrhea in children. J Pediatr. 2013;162(2):349-56
  • 5 : Manzoni P et al. Bovine Lactoferrin Supplementation for Prevention of Late-Onset Sepsis in Very Low-Birth-Weight Neonates – A Randomized Trial. JAMA 2009;302(13):1421-8
  • 6 : Egashira M et al. Does daily intake of bovine lactoferrin-containing products ameliorate rotaviral gastroenteritis? Acta Paediatr. 2007, 96(8):1242-4
  • 7 : Pammi M et Suresh G. Enteral lactoferrin supplementation for prevention of sepsis and necrotizing enterocolitis in preterm infants (Review). Cochrane Database Syst Rev. 2017;6:CD007137
  • 8 : Pierce A et al. La lactoferrine : une protéine multifonctionnelle, Medecine/Sciences 2009 ;25 :361-9

Leave a Reply

Your email address will not be published.