Régionales 2021 : Les Franciliens ont envie de changements !

A la veille du 1er débat entre les candidats à l’élection régionale en Île-de-France sur « mobilité, modes de vie et écologie », le Forum Vies Mobiles dévoile une enquête sur les nouvelles habitudes
et les envies des Franciliens liées à leurs déplacements et leur cadre de vie

Mardi 4 mai, le Forum Vies Mobiles et la Fabrique Écologique organisent à la Cité Fertile à Pantin une audition des têtes de liste aux élections régionales en Ile-de-France. Mmes AUTAIN et PULVAR, MM BARDELLA, BAYOU, SAINT-MARTIN ainsi que M BEAUDET, qui représentera Mme PÉCRESSE, seront invités à présenter leur vision du futur du territoire. L’événement sera diffusé en direct sur YouTube et Facebook.

Afin de confronter les candidats aux nouvelles attentes des habitants en matière de modes de vie et de mobilité en Île-de-France, le Forum Vies Mobiles a lancé mi-avril une enquête auprès de 1 000 Franciliennes et Franciliens (échantillon représentatif). La mobilité occupe une place centrale dans les modes de vie contemporains, a fortiori en Ile-de-France où les problèmes sont anciens (congestion, saturation, stress) et les habitudes particulièrement bouleversées par la crise sanitaire. Alors que l’immobilité est encore prescrite autant que possible et que le télétravail s’est imposé à une partie significative des Franciliens, ils n’ont jamais été aussi nombreux à s’interroger sur les conditions de vie dans la région.

Cette enquête montre que la mobilité, qui est au cœur des compétences de la Région, soucie ses habitants. Lors de leur audition du 4 mai, les candidats devront ainsi exposer leur vision du territoire aux regards des attentes et des défis à relever pour qu’il fasse bon vivre dans la région et de façon durable.

Principaux résultats :

  • Après les bouleversements liés à la crise sanitaire, les Franciliens souhaitent avant tout pouvoir disposer de plus de flexibilité dans l’organisation de leur temps de travail (80% y sont favorables) et continuer à avoir recours au télétravail (68% y sont favorables). 2 actifs sur 3 sont encore en télétravail aujourd’hui au moins un jour par semaine.
  • À plus long terme, il y a une forte attente des Franciliens pour que les activités et l’emploi, soient mieux répartis sur le territoire (94% y sont favorables).
  • Ceci leur permettrait notamment d’atteindre leur objectif de travailler à moins de 15 minutes de chez eux (55%), de réduire leur temps de transport (71%) et surtout de ralentir leur rythme de vie quotidien (74%).
  • Enfin, si les Parisiens sont globalement plus satisfaits de leur cadre de vie que les habitants de la Petite et de la Grande Couronne, en moyenne un Francilien sur deux aimerait déménager.
  • Parmi ceux qui souhaiteraient même quitter la région81% souhaitent dire adieu à la métropole et s’installer dans des villes moyennes à petites, voire à la campagne.

Les résultats en détails :

Une envie de changement largement partagée : trois quarts des Franciliens aspirent à ralentir

Cette période de fortes contraintes sur la mobilité et les modes de vie amène la grande majorité des Franciliens à envisager des changements profonds pour « la vie d’après ». Au sortir d’une année de déplacements très réduits et fortement contraints, trois quarts des Franciliens aspirent à ralentir et à mieux maitriser leur rythme de vie (74%). Cela leur permettrait de consacrer davantage de temps à leurs proches ainsi qu’à eux-mêmes.

Vers la ville du quart d’heure ? un Francilien sur deux aimerait travailler à moins de 15 minutes de chez lui

Les Franciliens plébiscitent une vie davantage en proximité permettant de pratiquer leurs activités à l’échelle de leur quartier (77%) et aimeraient passer moins de temps dans les transports qu’avant la crise (71%). Plus on est diplômé, plus cette aspiration est importante.  

Concrètement, un Francilien sur deux aimerait pouvoir travailler à moins de 15 minutes de chez lui. Un tiers souhaite même pouvoir se rendre à son travail à pied ou travailler de chez lui.

Après la crise sanitaire, une nouvelle organisation des temps du travail et de leurs espaces : 2/3 des Franciliens souhaitent télétravailler au moins un jour par semaine

La crise sanitaire a bouleversé le quotidien de millions d’actifs Franciliens et continue de le faire. Cette enquête, menée mi-avril, en témoigne : 66% des actifs en emploi pratiquent encore le télétravail au moins un jour par semaine. 28% télétravaillent même encore à plein temps.

Pour le futur, ils aspirent à plus de flexibilité dans l’organisation de leur temps de travail (80%) et à pouvoir conserver une pratique du télétravail régulière après la crise : deux-tiers des actifs souhaitent pouvoir travailler au moins une journée par semaine depuis chez eux ou depuis un tiers-lieu proche de chez eux. Sans surprise, on constate que ceux qui pratiquent le télétravail actuellement sont beaucoup plus favorables à voir leur pratique pérennisée (80% de favorables) que ceux qui ne le pratiquent pas (42% de favorables). Encore une fois, on constate que ces deux aspirations liées à l’organisation du travail sont d’autant plus importantes que le niveau de diplôme du répondant est élevé.

Des Franciliens partagés quant à leur cadre de vie

On est davantage satisfait de son lieu de vie actuel quand on vit dans Paris que lorsqu’on habite en Petite ou en Grande Couronne : à Paris, 68% sont satisfaits de leur lieu de vie actuel (quitte à changer de logement) contre 50% en Petite Couronne et 55% en Grande Couronne.

De la même manière, on souhaite moins quitter la région quand on vit à Paris que lorsque l’on vit dans sa périphérie : seuls 22% des Parisiens souhaitent quitter la région contre 31% et 34% des habitants de la Grande et de la Petite Couronne.

Les Franciliens qui désirent quitter l’Ile-de-France souhaitent dire adieu aux métropoles : 81% d’entre eux ne souhaitent pas s’installer dans une autre métropole ou dans la périphérie d’une métropole. Ils sont même 57% à vouloir s’installer dans une petite ville, un village ou à la campagne

9 Franciliens sur 10 favorables à des mesures pour équilibrer vie privée et vie professionnelle et limiter le temps de transport

Les Franciliens se montrent enthousiastes vis-à-vis des mesures proposées dans cette enquête dans des proportions inattendues.

En premier lieu, ils plébiscitent la dépolarisation des activités, de l’emploi, des services pour mieux les répartir sur l’ensemble du territoire (94%). Ils sont même près de la moitié à y être très favorables, un taux qui traduit un fort engagement dans cette mesure.

Près de 9 Franciliens sur 10 sont également favorables aux mesures envisagées pour mieux équilibrer vie privée et vie professionnelle et limiter le temps de transport si pesant en Île-de-France : télétravail et flexibilité des horaires (38% y sont même très favorables).

Enfin, l’organisation d’un système complet combinant transports collectifs, marche et vélo, permettant de limiter l’usage de la voiture, mesure traditionnellement peu populaire, convainc tout de même plus de 8 Franciliens sur 10. Mais « seulement » 32% y sont très favorables, c’est le taux le moins élevé parmi toutes les mesures proposées.

La méthode de l’enquête :Enquête réalisée par BECOMING pour le FORUM VIES MOBILES du 5 au 13 avril 2021, auprès de
1 004 habitants de l’ILE-DE-FRANCE, représentatifs des habitants de la région Ile-de-France en termes de sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, département selon la méthode des quotas. L’échantillon a été interrogé en ligne, sur panel.

Leave a Reply

Your email address will not be published.