ÉTUDE IPSOS x ROYAL CANIN : Les Français et le bien-être animal

95% des Français sont sensibles au bien-être animal. Cependant, ils n’ont pas forcément conscience de ce que l’accueil d’un chien ou d’un chat implique. C’est pourquoi, Royal Canin appelle à une responsabilisation des possesseurs d’animaux.

Royal Canin révèle l’importance qu’attachent les Français à leurs animaux de compagnie et à la notion du bien-être animal. Les résultats de son étude avec IPSOS au sujet de la possession animale responsable, montrent que près d’un quart des Français se disent prêts à adopter un nouveau compagnon d’ici à 3 ans. Cependant, à la veille des vacances d’été, Royal Canin, souhaite sensibiliser les futurs propriétaires sur ce qu’impliquent leurs projets d’adoption pour éviter les abandons. Alors que l’on dénombre aujourd’hui 14,2 millions de chats et 7,6 millions chiens en France**, les sondés s’accordent à dire que le regard et les comportements sur le respect des animaux de compagnie doivent encore évoluer.

Près d’un quart des Français se disent prêts à adopter un nouveau compagnon d’ici à 3 ans.

Dans ce contexte, l’étude révèle les principales raisons qui les poussent à adopter. L’histoire familiale (39%) et le fait d’aider un animal pour lui offrir une seconde vie pour 32% (et cela monte à 50% chez les possesseurs de chats) sont ainsi les principales motivations. Viennent ensuite, dans l’ordre : un coup de cœur (23%), pour combler la solitude (16%), pour créer des liens avec d’autres personnes (11%).

A lire aussi : Préparer au mieux son animal au déconfinement avec Royal Canin

Etude IPSOS X Royal CANIN - Les francais et le bien-être animal

Le bien-être animal passe en premier par l’alimentation pour 75% des Français ! 

Ils sont également 95% à avoir conscience que celle-ci joue un rôle essentiel pour le maintien en bonne santé du chat et du chien, sur son énergie (91%), la beauté de son pelage ou encore qu’elle limite les effets négatifs de son mode de vie et de son statut (sédentarisation, stérilisation…) comme la prise de poids.  Ainsi, 85% sont convaincus qu’une alimentation adaptée contribuerait à prévenir les pathologies les plus courantes. C’est pourquoi, il est intéressant de noter que l’acte d’achat de la nourriture est assez important en magasins spécialisés (animaleries, jardineries, magasins de bricolage) notamment pour y trouver des aliments plus premium. C’est le cas pour 43% des possesseurs de chiens alors que pour les chats cette tendance est plus faible (27%).  Ils sont 11% (chiens) et 12% (chats) à suivre les recommandations de leur vétérinaire et à acheter sur place en clinique une alimentation adaptée au besoin de leur animal. 

Et côté budget ?

Si les Français dépensent en moyenne 40€ par mois pour leur animal (chien, chat), les propriétaires de chiens ont tendance à dépenser plus que les propriétaires de chats. Le premier poste de ces dépenses est l’alimentation. Elle représente en moyenne 26,30€ par mois pour leur animal (chien, chat confondus). Pour les chats, cette moyenne passe à 25€ alors qu’elle monte à 30€ pour les chiens. Ainsi, avant de s’engager à accueillir un chiot ou un chaton, il est important que les futurs maîtres aient ces chiffres en tête.

Le bien-être de l’animal et la possession responsable passe également par les conseils d’un vétérinaire et le suivi de la santé

Soucieux de la santé de leur animal, la grande majorité des Français systématisent des visites chez le vétérinaire. 41% des possesseurs l’y amènent au moins une fois par an : 75% pour les maîtres de chiens et 50% pour les possesseurs de chats, le motif principal étant les vaccins et un bilan de santé général.

En cas de problème de santé, la visite chez le vétérinaire reste le premier réflexe pour 73% d’entre eux.

En revanche, seulement 18% de nouveaux propriétaires de chats vont consulter un vétérinaire lors de l’arrivée de l’animal. Cette première consultation est pourtant très utile pour les premiers soins à prodiguer à l’arrivée d’un chiot ou d’un chaton puis pour réaliser un contrôle de santé général, et notamment un bilan du poids, au moins une fois par an.  

Côté chats : pour 56% des propriétaires, la visite est liée soit à une urgence soit à une éventuelle maladie. En prévention et pour le bon suivi de l’animal, il est important d’amener régulièrement son chat chez le vétérinaire car le félin, contrairement au chien, est souvent peu expressif en cas d’inconfort ou de pathologie naissante, et des complications peuvent se développer de manière « invisible ». Un contrôle de santé est donc indispensable et une palpation physique nécessaire. Du point de vue de l’hygiène, les vermifugations sont recommandées car elles visent la suppression de parasites, indésirables au sein du foyer.

L’identification, une obligation légale pour des propriétaires de chien et de chat

Si l’identification du chien ou du chat (tatouage, puce électronique) est obligatoire depuis 2006, elle est respectée par seulement 74% des propriétaires.

Les chiens sont davantage identifiés que les chats, ils le sont respectivement à 89% vs 59%.

La stérilisation, une étape importante dans la vie de son compagnon

Cet acte chirurgical permet de réguler la population grandissante notamment des chats en plus de les protéger et lutter en partie contre les futurs abandons. Cependant seulement 54% des possesseurs de chiens déclarent que leur animal est stérilisé alors que les chats le sont davantage à 88%. En effet ce chiffre s’explique par le fait que les chats sortent davantage seuls en extérieur et ont tendance à se reproduire facilement. Il est recommandé de prévoir la stérilisation vers les 6 mois de l’animal.

Côté chats : en 4 ans un couple de chats peut générer 20 736 chatons. Outre la limitation des naissances non désirées et la reproduction de chats errants, la stérilisation a des bénéfices pour la santé de l’animal et permet de doubler son espérance de vie. Rappelons aussi qu’elle permet de réduire les fugues, les blessures liées aux combats de chats, de les protéger des IST (Infections Sexuellement Transmissibles), mais également le risque de tumeurs. Au-delà de l’aspect santé, la stérilisation de l’animal apporte également des bénéfices pour le maître et sa famille.  Les contraintes comportementales liées aux chaleurs : les pertes de sang, les aboiements ou les miaulements qui ne sont jamais simples à gérer sont ainsi évitées.

Les choses avancent tout doucement en France

Il y a une réelle prise de conscience du bien-être animal, le chemin est encore long pour améliorer les conditions des animaux. Avant tout il en est de la responsabilisation de chaque possesseur de chien ou de chat. L’accueil d’un animal demande une réflexion en amont, une prise de conscience des droits et devoirs que cela induit.

Il est important dès le départ de l’adoption de responsabiliser les maîtres et de porter à leur connaissance les devoirs et obligations qui leur incombent.

*source : enquête IPSOS Mai 2020 pour ROYAL CANIN sur 1 003 Français constituant un échantillon nationale représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, réalisée entre le 26 et le 28 mai 2020 : Enquête disponible dans son intégralité auprès du service de presse. 

** Enquête Kantar/ FACCO 2018 (Fédération française de l’industrie des aliments pour animaux de compagnie) sur 14 073 foyers représentatifs des foyers français – terrain réalisé en septembre, octobre et novembre 2018.

Leave a Reply

Your email address will not be published.